Un Scrambler cafe racer ? Est-ce possible ?

Comme l’a très justement signalé mon ami Orazio du blog italier Rocket Garage, « Scrambler is the new Monster ». Cela ne veut pas dire que la dernière petite Ducati est une copie ou un remake du Mostro, mais qu’elle signifie à nouveau un succès et surtout une sacré embellie pour la marque italienne. Si le Mostro (ou Monster, mais pas monstro s’il vous plait) n’avait pas été tellement décliné à l’époque, à part en version survitaminée genre S4R, le Scrambler ne passe pas à coté des multiples versions pour coller à l’air du temps. Cela n’est pas une surprise, la NineT suit le même type de stratégie, la nouvelle gamme Bonneville suivra rapidement. Ce qui coince un peu ici c’est que le nom donné à la nouvelle gamme Ducati la connote sérieusement ; un scrambler c’est un type de moto bien précis, en faire un « Scrambler cafe racer » comme c’est le cas désormais revient à tenter de greffer une tête d’antilope sur un corps de lapin…
 04 Scrambler Cafe Racer
 Tous ces termes sont utilisés à tort et à travers, ça n’a pas une importance capitale et ça ne changera pas le sens de rotation de la terre, mais éventuellement pour la génération « j’ai un blog, une barbe et une perche à selfie, mais je ne connais de la moto que ce qu’on m’a raconté les trois dernières années » il serait pas mal de revenir sur les différentes catégories :
 Ducati-Scrambler19
Ce que l’on peut préciser c’est que pratiquement tout ça remonte à une époque où la compétition moto servait déjà de vitrine aux marques, en particulier les marques européennes, mais aux USA c’était déjà également le cas. Les constructeurs fournissaient des motos préparées en interne pour la compétition à quelques rares pilotes usine, les autres, les gentlemen drivers se débrouillaient avec leurs propres moyens pour, soit racheter la moto usine de la saison passée et la maintenir en état de courir, soit partir d’un modèle de série et le coursifier autant que possible, l’objectif étant d’alléger et d’augmenter les performances.
 03 Scrambler Cafe Racer

Aux USA on a le bobber

Aux USA où la compétition moto a débuté en même temps que les différents constructeurs prenaient leur essor, ce boulot d’allègement s’appelle un « bob-job », dans le jargon des apprentis pilotes, virer tout ce qui est superflu sur leur lourde Harley ou Indian s’appelle revient à dire « to bob it… » de là le terme « bobber » qui est un gros cruiser de type par exemple Duo-Glide débarrassé de tout son équipement de grande routière, de ses garde-boues et de tout ce qui brille (ça fait du poids) pour devenir une évocation d’un WR racing qui avait pu s’illustrer quelques années auparavant sur les pistes avec comme ornement que des plaques numéro.
05 Scrambler Cafe Racer

Et le cafe racer alors ?

Quasiment en même temps, quoiqu’un peu plus tard en Europe (on est toujours un peu à la bourre par rapport aux USA) la même chose se produisait. Des amateurs voulaient que leurs lourdes motos de série prévues pour rouler au quotidien avec de quoi démonter et remonter le moteur dans les sacoches (rapport à la légendaire fiabilité…) ressemblent à la moto de course que l’usine Norton avait confié à Geoff Duke. Pour ça ils en virèrent tout ce qui dépassait, lui collèrent les même bracelets que le champion et n’ayant que rarement accès aux circuits se tirèrent la bourre d’un troquet à l’autre, que ce soit sur le north-circular à proximité de Londres ou sur toute autre route dégagés n’importe où au Royaume-Uni. Le terme cafe-racer prend son origine là… On peut mesurer à quel point il est devenu déplacé et anachronique aujourd’hui, c’est aussi ridicule d’employer ce terme dans le contexte actuel que de se proclamer égyptien parce qu’on a visité la grande pyramide du Louvre…
1478587903 Ducati-Scrambler-Cafe-Racer

De l’origine du scrambler

Double anachronisme, voilà aujourd’hui qu’un Scrambler devient un Scrambler-Cafe-Racer… et pourquoi pas bobber-chopper-tracker-racer-etasœur ?? D’abord puisqu’on voit des expositions annonçant des cafe racer pleines de guidons hauts de toutes sortes, sait-on au juste ce qu’est un scrambler ? C’est en Angleterre cette fois que le terme trouve son origine, aux sources même de la moto puisque dès les années 1920, des gentlemen se baladent dans la boue dans ce qu’ils appellent des « Trials », les 6 jours d’Ecosse, dès 1919 et ensuite beaucoup d’autres compétitions du même type ont lieu sur des terrains que la météo locale rend très très collants… Faisant le lien avec ses œufs brouillés (scrambled eggs) un commentateur de l’époque déclara : »a rare old scramble ». Le terme était né, un scrambler serait donc une moto préparée pour le tout terrain, capable de s’extirper d’un terrais plus boueux que la politique française.
01 Scrambler Cafe Racer
Puisqu’aujourd’hui tout est n’importe quoi et que tout est utilisé à n’importe quelle fin, les jeunes barbus tombés de la dernière mode montent des pneus à tétines sur leur lourde BMW à peine capable de franchir un trottoir dans le 10e arrondissement, se payent des vestes qui font baroudeur sur lesquelles on a posé de fausses éclaboussures pour faire « on dirait qu’ç’a te gène de marcher dans la boue » et ainsi un scrambler peut devenir cafe racer via un paire de demi-guidon pas trop radicaux et des plaques numéros. Le pire c’est que cette petite Ducati doit plutôt bien marcher, est tout de même fort mignonne et au final, je dois bien le dire, elle me plairait fortement pour rouler à la campagne. Pardon ? On me dit dans l’oreillette que j’ai rien compris au concept, à la campagne on ne peux pas aller de terrasse en terrasse…