J’ai toujours apprécié El Solitario, malgré ses solides liens avec la pègre de la superficialité mercantile moto, c’est un cas à part chez qui il y a toujours beaucoup plus à déchiffrer que le seul appât du gain ou l’amour de ce qui brille qui anime 99% de la scène « moto à la mode ». D’année en année, celui qui se décrit comme l’homme le plus détesté du milieu (titre que je lui conteste parfois) a toujours évolué entre un opportunisme positif et chaleureux et un pessimisme désillusionné et sombre. Ce film qui se pose comme un manifeste montre deux riders comme il en existe des milliers de par le mode, partis sur leurs KTM sur des chemins qui seront ravagés par des incendies de forêt peu après le tournage. L’occasion de mixer l’euphorie positive de ces rides pleins de liberté et la sombre perspective que tout cela soit rendu impossible à très court terme à cause de la bêtise humaine et des manœuvres politiciennes cyniques : « Now, policymakers will try to ban motorcycles, bicycles or people walking their dog in our forests so that they can continue making money with the future of our children, unwatched. » Les interdictions de toutes sortes visant en particulier le monde motard si facile à pointer du doigt sont ici mise en avant. Nos Hidalgo ont leurs homologues partout.
 Pour en savoir plus : elsolitariomc.com/blog/2017/12/26/dirt-wolf/