Le Pépotour Base Nato 2O23, 1500km en 3 jours

Le Pépotour c'est quoi ? C'est un road trip absolu concocté par Pépo pour une petite bande de furieux triés sur le volet à qui on promet d'en chier et qui sont contents si c'est le cas. Explication sous forme d'épisodes

0
1108
Jour 1
530 kms
Les pires routes
10 heures de roulage

Le Pepotour c’est l’art de rouler en quelques jours ce que d’autres peuvent rouler en une année. Contraintes familiales, boulot, vie pressurisée, et d’un coup tu lâches prise sur un run qui va te décalquer le postérieur, la rétine et surtout ton envie de fuir toutes les balivernes qui peuvent encombrer la vie quotidienne.
Toujours extrême limite au top départ, gérer la moto des autres, assurer un semblant de fiabilité pour tous, surveiller ses arrières et gratter le moindre billet pour pérenniser les finances du voyage, c’est une semaine avant le jour J que l’ambiance du Pepotour commence à se construire. Jusqu’au dernier soir ça sera la course. Essoufflé, éreinté, tu poses tes valises après toutes ta préparation pour quelques heures de sommeil avant de retrouver l’équipe.
Le feu vert du voyage s’allume à 6h30, une première journée avec un point de départ en Maurienne pour rejoindre le col du mont Cenis et prendre cette foutue autoroute pour arriver à Alessandria et traverser les vastes vallées parsemée de petites montagnes et de Hameaux pittoresques dont la pelouse est toujours millimétrique.
Le rythme est donné sur une moyenne de 45kmh sur des routes à surprises, moultes trous, bosses et graviers, parfois pas de bitume et parfois même pas de route, il en sera ainsi tout le reste du voyage ou la cadence sera exponentielle jusqu’à ce moment que nous appelons dans l’équipe, le moment de grâce, mais ça je l’explique plus tard …

 

La première halte qui représente tout un symbole c’est un petit bar situé à Ponte Nizza dans la province de Pavie, un moteur de Moto Guzzi v35 est utilisé pour distribuer la bière pression et ça nous marque tout le temps. C’est aussi l’entrée de la chaîne de montagne qui va descendre jusqu’à Rome et qui est notre territoire de prédilection. On grignote une ou deux foccacia et on fait le plein, les cyprès sont déjà là comme pour indiquer la direction de l’aventure et nous avons déjà une grande excitation a l’idée de passer cette frontière qui nous permet d’ouvrir les vannes de nos espoirs d’aventure

C’est une grosse journée de plus de 500 kilomètres et dix heures de selle. Il faut maintenir a coup de fouet la cadence de l’équipe des 7 mercenaires de la routes mais toujours et au maximum dans le respect des situations et réglementation routière. Ainsi j’ouvre la route avec le gps bidouillé pour accepter aussi les pistes non goudronnées et je regarde a la fois devant, derrière et au milieu tout en gérant la prévention, le risque, l’état de la route et la bonne tenue de la moyenne. Nous passons rapidement la province de Varzi pour descendre vers la Spezia par de toutes petites routes en profitant du moindre bout de route où il est possible de foncer pour maintenir le temps d’arrivée. Le temps, le temps, on passe notre temps à le critiquer. Mais celui du gps nous donne la marche à suivre, je me base sur la moyenne et l’heure estimée de la fin du parcours, mon but, la faire baisser pour arriver le plus tôt possible et pouvoir aménager des moments de pauses. Dix minutes de gagnées c’est une heure de roulage intense et donc une pause méritée pour les cavaliers de l’équipe

Le parcours du jour est torturé, on fait environ 30 virages minutes à flanc de montagne, c’est escarpé et on regarde loin, plein phare et fluo sur le casque pour étre visible. L’équipe a ses habitudes et nous nous plaçons comme un escadron toujours en quinconce. Si je me stop rapidement je lève la main en l’air et je me pose en bord de route, derrière ça moufte pas un millimètres et tout est naturellement cadré

Il est 17h, 80 % du parcours est réalisé, mais il reste encore 100 kms et sur le gps le temps de roulage est estimé à… 2 heures. Nous enchaînons une route que mêmes les animaux ne veulent pas prendre, totalement défoncée et parsemée d’embûches, d’embuscades même, des morceaux de montagne sont là, effondrés sur le bitume restant et d’autres sont agrippés à de pauvres arbustes bien en peine, il ne faut pas moisir ici. Nous enchaînons et grimpons la pente dans un espèce de grand huit infernal, les mains sont tétanisées par la vigilance et c’est au détour d’une route forestière que la trace gps disparaît pour laisser place à un champ de mine ( chemin) qui donne accès à la base NATO abandonnée. Cette piste est constellée de trous béants de parfois 30 centimètres, les carénages sont à la peine avec les chocs des suspensions mal adaptées, et c’est au rythme d’une fin de course en mode récupération que nous accédons à la tombée du jour au spot de cette base militaire abandonnée

Base NATO pour :
North Atlantic Treaty Organization
Le Commandement allié Europe Highband, mieux connu sous le nom d’ ACE High , était un système de radiocommunication et d’alerte avancée de l’OTAN à service fixe datant de 1956. Après des tests approfondis, ACE High a été accepté par l’OTAN pour devenir opérationnel en 1964/1965.
Ses services combinés produisaient plus de 200 canaux et l’équipement était en place pour les multiplexer afin de contenir jusqu’à 12 appels différents chacun. Il y avait 49 liaisons troposcatter augmentées de 40 stations terrestres à micro-ondes en visibilité directe , situées dans neuf pays différents de l’OTAN, du nord de la Norvège à l’est de la Turquie en passant par l’Europe centrale. Les émetteurs diffusent à 832,56 – 959,28 MHz produisant une puissance d’émission moyenne de 10 kilowatts .

Le soir est définitivement tombé et le jour s’effondre sur notre col solitaire. Le froid du mois de Mai est encore présent et nous sommes à 1500 mètres d’altitude. Là nuit va être fraîche et il va falloir être bien couvert. Nous installons le camping et préparons un repas sur le pouce avant de sombrer dans la froideur de la nuit. Le repos sera salvateur après tant d’heures sur la selle. Pour le lendemain j’ai prévu une journée un peu plus cool ou on partira quand on sera prêt, la suite au prochain épisode du jour 2
À SUIVRE………

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.