« Voici le « petit » dernier de la série Veetess. 15 ateliers, 15 personnages tous aussi passionnés les uns que les autres. Des bagnoles, des motos, des tronches, des ambiances, des lieux qui vous donnent envie de sortir les glingues et de passer des heures devant l’établi
pour sortir un engin à votre image. » Voilà le texte de présentation de cet épisode 3 de la saga Veetess, commencée avec une sorte de numéro 0 de ce qui aurait pu être un magazine, puis continuée en 2010 avec un bouquin magnifique qui figure en bonne place sur mes étagères, avec le numéro 229 sur les 2000 fabriqués. C’était loin d’être terminé, voici donc la nouvelle fournée, patiemment échafaudée à base d’ateliers et de trognes qui ne sont pas dans les réseaux qu’on dit sociaux, pas d’amis des vedettes ici, pas de pop stars qui font 25 lignes sur facebook pour raconter qu’ils ont été essayer une meule… Si vous en connaissez certains de ces 15 là c’est que vous avez de la chance de faire partie des initiés. Comme le précédent ce livre s’inscrit dans une démarche quasi ethnologique, c’est un témoignage d’une époque qui doucement s’efface, restent quelques poches de resistance et comme tous les maquis, faut montrer patte blanche pour entrer. Veetess vol3 vous permet une visite par procuration, offrez vous le voyage, il vaut le coup.
Comme le dit l’auteur, tout est fait maison, encore une bonne raison d’encourager le petit artisan local ; « Auto-édité, auto-distribué, auto-fabriqué et auto-financé par mes soins, m’occupant également des photos, des textes, de la mise en page, du pare-brise et des niveaux.
 
200 pages, 45 € (port métropolitain compris) Pour commander : Par PayPal à l’adresse