La Kawa 900Z est probablement une des premières grosses 4 pattes de l’histoire à avoir enfin réussi à allier la patate et une certaine tenue de route. Restons calme, il ne s’agit pas de prétendre avoir le comportement des supersports dont la lignée démarrera vraiment avec les cadres périmétriques et perdure encore aujourd’hui, mais comparé à un saucisson comme la CB750 par exemple, elle fait figure de bon en avant dans le temps. C’est surement pour ça que lorsque Kawa, en 1991 inaugure la mode des néo-rétro avec la Zephyr, c’est la 900Z qui sert d’inspiration, le modèle 750 Héritage en particulier avec ses roues à rayon sera vraiment un hommage complet.
Zephyr750
Alors qu’on trouve de très belles Zephyr à moins de 4000€ (voir l’exemple ci-dessus) la mode et le snobisme pro-vrai (“ah mais la tienne c’est pas une vraie…” ça marche avec tout ce qui a existé avant 1975 et existe toujours maintenant et c’est souvent prononcé par des mecs d’avant 1975) ont fait flamber le prix de vente des 900Z vers des sommes hors du raisonnable. L’explication vient peut être du fait que les gugusses qui se sont fait fourguer des Commando par les vendeurs spécialisés (devenus entre-temps de vraies vedettes les maquignons de l’anglaise noble) se sont rendu compte que ça marchait pas aussi bien que le vendeur-hableur-démonstrateur leur avait fait voir devant son beau show-room, que souvent faut réparer des trucs qui se sont barrés ou ont cramé, que devant le bistrot où ils se sont garés tant bien que mal, elle veut pas redémarrer au kick la salope, et les potes sont morts de rire. Les gugusses l’ont donc viteuf refourgué en y perdant quelques euros au passage, eh oui, même s’il s’en lève un tous les matins, il va souvent d’abord se faire enfler chez le pro. Mais on est pas passé directement de la Gromando ou de la Belleville à la Zedneufcent, il y a eu l’étape Quattepattes d’abord… eh oui, la bande dessinée aussi fameuse chez les motards que Marilyn Monroe l’est chez les routiers a mis la Honda CB750 dans le panthéon du nostalgique, on a abordé la Norton à isolastic, on laissera la Kawa trois pattes deux temps et la Ducati 900SS pour une autre fois, voire deux, y’a fort à dire aussi. Donc notre pote à la mode ou presque, il a acheté une Honda 750CB dite “la FourlaKattpattmythique’ (elles finissent toutes par mythique en fait, toutes celles que personnes ne voulait pendant environ deux décennies deviennent des mythes quand ceux qui les ont négligé viennent les racheter à ceux qui ont eu le nez creux et en ont stocké à la cave) et c’est vrai que ce moteur de Renault8 logé en travers dans ce cadre en tuyaux de chauffage mal barbouillés en noir est vraiment sympa, il y a un démarreur électrique, et ce depuis 1968, voilà le fait d’arme, parce que pour le reste, à part avoir su terrasser l’industrie britannique endormie, on a pas grand chose à dire… un double disque ? Ah oui, mais alors les deux 45 tours de Dave placés de chaque coté de la roue avant sont bien mignons, mais guère plus raides que le cadre, et ce joyeux saucisson a vite donné des sueurs froides à notre consommateur de légendes roulantes, n’est pas Stivmakouine qui veut. Voilà donc la Z900 devenue la coqueluche des quinquas et les prix s’envolent à peu près à la même cadence que le nombre de centimètres de leur tour de taille. On en voit à plus de 16.000 Livres Sterling dans les annonces de Classic Bike Magazine, et nos sites d’annonces en proposent dans des tarifs approchants…
Z900-A4-1977
Il était donc bien temps pour Kawa de lancer le buzz en laissant filtrer sur le net une silhouette d’une nouvelle neo-rétro posée sur une mécanique toute récente avec quelques solutions techniques d’aujourd’hui, on parle du turbo qui compresse la H2R ou d’un plus classique compresseur volumétrique comme sur le scoot Peugeot Satelis. Bref, le neo retro a encore de beaux jours devant lui, et on a pas fini de gloser sur le vrai et le faux, surtout qu’entre temps on devrait entendre parler du vrai-vrai et du vrai-faux, ou l’inverse.