La sécurité des pilotes est une valeur clé pour le Circuit Paul Ricard : son histoire est basée sur des innovations successives et la mise en place de procédures d’intervention spécifiques, impliquant chaque année l’acquisition de nouveaux matériels et des séances de formations de ses équipes.

Lors de la rénovation complète du circuit varois en 2000, la création de larges zones de dégagements en asphalte, les fameux « run-offs », a constitué une avancée majeure, reprise depuis sur la plupart des nouveaux tracés du monde entier.

Stéphane Clair, Directeur général du Circuit Paul Ricard : « L’augmentation constante des vitesses de passage en courbe des véhicules, due aux évolutions technologiques, et en particulier l’apparition d’assistance électronique sur les motos, nous a poussé à réadapter nos infrastructures. Pour accroître la sécurité, il nous faut désormais « calmer les ardeurs » des pilotes, qui sont de moins en moins limités par leurs machines. »

 

Ainsi, la mise en place d’un bac à graviers au virage n°7 imposera aux pilotes automobiles d’affiner leur trajectoire, voire de réduire leur vitesse pour ne pas risquer de perdre la course ou terminer leur roulage dans ce bac d’environ 1600 m². Pour les pilotes motocyclistes, il constituera un élément supplémentaire de sécurité en cas de chute, en complément des blocs de mousse « type A FIM » déjà en place.

 

En accord avec la FIM et la FIA, un dégagement asphalté en amont du bac a été conservé pour permettre aux pilotes, qui pourraient se montrer un peu trop optimistes, de pouvoir reprendre leur route sans se bloquer dans le bac.

Stéphane Clair ajoute : « Ainsi le virage de la Sainte Baume qui détermine la vitesse de pointe dans la célèbre ligne droite du Mistral, devient plus sécurisant mais également encore plus sélectif ! »

 

Ces travaux engagés par le Circuit Paul Ricard avec les sociétés Colas et Dromo interviennent quelques jours avant la mythique course d’endurance du Bol d’Or, qui aura lieu du 18 au 19 septembre.