La bourse de Faramans en Isère est un rendez-vous traditionnel et les étals des vendeurs de pièces y sont en général fournis. De plus en plus ce sont les mobs qui tiennent le haut du pavé, les cinquantenaires qui en ont eu une jeune se la refont et les clubs et balades ne se comptent plus. Beaucoup de petits cubes donc en expo, à vendre ou en pièces détachées. Ces deux magnifiques Malaguti ne sont pas vraiment des mobs, mais on peut quand même les classer dans les 50cc.

Cette magnifique New Map est la première moto qui a attiré mon attention en arrivant, garée à l’écart, alors que le parking près de la buvette, prévu pour les belles motos était envahi de merdouilles, un affreux Side-bike ou quelques Harley racoleuses, cette avant-guerre prouve que ceux qui réalisent d’aussi belles restaurations sont aussi capables de rouler avec

Quelques belles motos à vendre aussi ce dimanche à Faramans dont ce petit mono BSA dont la carrière s’est probablement déroulé dans la gendarmerie, ou la poste, c’est dire qu’elles sont endurantes et sympathiques.

également à vendre, cette Motobécane 125 pour laquelle il faudra un passionné de la marque.
C’est souvent le parking qui réserve les plus belles surprises, cette superbe Zundapp 125 Sport en est une, j’aurais volontiers fait un bout de route avec elle.
Toujours sur le parking visiteurs, cette belle Laverda 1000 tout de rouge vêtue.
Surement un fan des aventures rocambolesques de Lolo Cochet, prêt à le suivre au bout du monde sur sa MZ de baroudeur.
Ce brave papy avait parfaitement démarré son Automoto de 1954 (c’est marqué dessus) il cherchait juste la clé de son antivol…
Je ne me souviens plus de la marque de ce joli petit mono italien, une Aprilia peut être ??

C’est toujours un plaisir d’aller à Faramans, surtout en prenant des petites routes magnifiques de Hauterives, le village du Facteur Cheval en passant par le Grand Serre par dessus les collines superbes entre Drôme et Isère. Pour cette bourse rescapée d’une année calamiteuse, pas encore énormément de stands, je n’ai rien ramené du tout, c’est rare, mais j’ai pu quand même apprécier le déplacement au grand soleil de septembre.